Dentifrice bio naturel, comment choisir le meilleur?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (38 votes, moyenne: 4,47 sur 5)
dentifrice

Le dentifrice joue un rôle majeur en terme d’hygiène bucco-dentaire. En effet, le dentifrice agit à différents niveaux, il réduit la plaque dentaire bactérienne, il diminue le risque de pathologies des gencives et assure bien sûr une haleine agréable.

Le dentifrice aurait été développé pour la première fois en Egypte il y a plus de 3000 ans! A l’époque, il était constitué de sel et de poivre. Le sel possède en effet des propriétés abrasives qui favorisent la suppression du tartre. Le poivre était a priori utilisé pour ses propriétés antiseptiques notamment grâce à la pipérine qu’il contient.

Au fil des siècles, les égyptiens incorporèrent peu à peu d’autres ingrédients notamment l’argile et les cendres, deux composants ayant des propriétés abrasives. Les égyptiens de l’antiquité furent aussi probablement les premiers à rajouter le bicarbonate de soude qui était à l’époque récupéré aux bords des lacs après évaporation. Cette poudre minérale blanche est encore utilisée de nos jours pour le blanchiment des dents.
dentifrice - egypte
Le dentifrice évolua de façon conséquente au cours des différentes civilisations. De nombreuses plantes et écorces d’arbres furent peu à peu incorporées dans les formulations pour leurs propriétés antibactériennes et/ou aromatiques, la cannelle par exemple.

La craie, roche riche en carbonate de calcium, commença également à être utilisée. Le carbonate de calcium est en effet un abrasif plus doux que l’argile.

Mais un fait beaucoup plus surprenant prend naissance à l’époque romaine avec l’ajout de l’urine comme ingrédient du dentifrice! L’urine fût utilisée de nombreux siècles pour obtenir des dents blanches. L’ammoniac obtenu de la décomposition de l’urée issue de l’urine favorisait à priori le blanchiment des dents.
dentifrice - poudre
Le dentifrice existait jusqu’au 19ème siècle sous forme de poudre ou de mélanges à mastiquer. C’est à cette période que la première pâte de dentifrice fût crée sous forme de tube souple aux Etats-Unis. Mais ce n’est qu’au siècle dernier que l’industrialisation du dentifrice commença réellement. De nouveaux composants chimiques furent alors rajoutés dans les dentifrices. Malheureusement, certains d’entre eux présentent des toxicités. Voyons ensemble quelques exemples ci-dessous:

Le fluorure dans le dentifrice

L’origine du fluorure est notamment liée aux activités d’extraction de l’aluminium à partir du minéral appelé cryolithe. Le fluorure est un résidu de cette extraction. Le lobbying sidérurgique américain est en effet dès les années 1940-1950 à l’initiative de l’utilisation du fluorure dans le domaine de l’hygiène bucco-dentaire. Le fluorure a progressivement été rajouté dans le dentifrice, l’eau de consommation ainsi que dans le sel alimentaire afin notamment de prévenir les risques de caries. Les dentifrices contiennent en général entre 1 et 1.5 mg/kg (soit entre 1000 et 1500 ppm). Le fluorure du dentifrice permet de minéraliser la surface des dents, c’est à dire l’émail dentaire.

Pour mieux comprendre ce mécanisme, il est important de prendre en considération la composition de l’émail. Ce dernier est constitué principalement de phosphate et de calcium. Or, la consommation de sucres et de glucides modifie le niveau d’acidité buccale. En fait, les bactéries fabriquent des acides organiques en transformant le sucre en énergie. Ces acides produits induisent une baisse du pH, bref ils favorisent la dissolution du phosphate et du calcium. L’émail perd donc ses minéraux, on parle alors de déminéralisation. Cependant, notre salive rééquilibre cette perte en apportant naturellement de nouveaux minéraux, il s’agit de la reminéralisation.
Les caries apparaissent généralement lorsque les phases de déminéralisation sont plus importantes que les phases naturelles de reminéralisation. Le fluorure participe dans ce cas au rééquilibrage car il possède en effet les propriétés nécessaires pour s’associer aux atomes de calcium et de phosphate. Il renforce ainsi de nouveau l’émail à la surface de la dent.
dentifrice - fluor
Les fluorures sont néanmoins des éléments toxiques. Rappelons par exemple qu’ils interviennent également dans la composition d’insecticides. L’excès de fluorure entraîne la fluorose, une maladie pouvant provoquer des douleurs articulaires et de graves problèmes osseux. Par ailleurs, le fluor ingéré aurait également des répercussions au niveau du fonctionnement neurologique, plus exactement sur la glande pinéale du cerveau. Dès 1997, des travaux de recherche de l’université anglaise de Surrey mettent en évidence ces interactions.

Certes, les faibles doses contenues dans les dentifrices ne sont pas significatives. Cependant, nous faisons face à deux problèmes potentiels. Le premier concerne le risque d’ingestion pour les enfants. En effet, les enfants de moins de 5 ans avalent jusqu’à 50% du dentifrice. Le second problème réside sur l’accumulation. En effet, une petite dose n’est pas risquée mais une petite dose répétée chaque jour au fil des années porte beaucoup plus à questionnements …

Le peroxyde d’hydrogène

Il s’agit en fait de l’eau oxygénée, un très fort oxydant utilisé comme agent de blanchiment. La réglementation européenne limite la quantité d’eau oxygénée à un maximum de 0,1% dans le dentifrice. Le peroxyde d’hydrogène a une toxicité fonction du dosage, il peut altérer l’émail de la dent et irriter les muqueuses.
dentifrice - peroxyde hydrogene

Le triclosan

Il s’agit d’un antibactérien et antifongique utilisé depuis plus d’une quarantaine d’années dans les dentifrices. Il est néanmoins de plus en plus décrié car de nombreuses études scientifiques affirment qu’il perturbe les fonctions hormonales. Concrètement, il y aurait risque de dysfonctionnement de la thyroide, des problèmes d’infertilité, de croissance et bien d’autres encore … Par ailleurs, le triclosan forme du chloroforme au contact du chlore contenue dans l’eau. Le chloroforme est classé comme potentiellement cancérigène par le Centre International de la Recherche sur le Cancer. Même si la réglementation européenne limite la concentration du triclosan dans le dentifrice à un maximum de 0,3 %, le risque demeure.
dentifrice - triclosan

Le dioxyde de titane

Le dioxyde de titane (additif E171) est utilisé pour son pouvoir blanchissant. Il s’agit néanmoins de nano-molécules potentiellement toxiques pour l’organisme. En effet, le Centre International de Recherche sur le Cancer le classe dès 2006 dans la catégorie potentiellement cancérigène pour l’homme. D’autres études du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) indiquent par ailleurs en 2012 que le dioxyde de titane pourrait également modifier la barrière du système nerveux central.
dentifrice - dioxyde de titane

Le sodium Lauryl sulfate (SSL)

Il s’agit d’un tensio-actif qui procure au dentifrice des propriétés moussantes. Ce détergent permet notamment de disperser les graisses. Cependant, dès 1983, l’organisation américaine Cosmetic Ingredient Review publia des résultats d’études scientifiques mettant en évidence des irritations dermatologiques liées à son utilisation. Ce détergent peut en effet provoquer des dermatites et irritations des muqueuses. Une autre étude clinique américaine de 1997 affirme que le sodium lauryl sulfate est également précurseur d’aphtes. Par ailleurs, la synthèse de ce détergent étant principalement dérivé de l’huile de palme, il est lié indirectement aux problématiques de déforestation.
dentifrice - sodium lauryl sulfate
dentifrice - irritant

De nombreux autres ingrédients chimiques composent le dentifrice, tels que des épaississants, des colorants artificiels, … Nous retrouvons même du plastique dans sa composition! Il s’agit de microparticules généralement du polyéthylène qui participe à l’homogénéisation de la pâte dentifrice. Ces particules plastique sont difficilement biodégradables et en fin de chaîne polluent l’environnement.

Nous sommes très loin des recettes naturelles de nos ancêtres, ne serait-il pas bon de revenir à un peu plus de bon sens et privilégier des composants naturels? …

Nous vous proposons ci-dessous quelques petits conseils:

Le dentifrice naturel, idéal pour dents et gencives!

Afin de limiter l’exposition aux composants chimiques toxiques, il est possible d’utiliser soit un dentifrice certifié biologique sans fluor soit un dentifrice fait maison. Cependant, nous recommandons plutôt le dentifrice certifié bio sans fluor.
En effet, la fabrication à la maison entraîne certaines contraintes en terme de précision des dosages, de conditions de conservation et d’hygiène. La durée de conservation du dentifrice fait maison est généralement limité à 10 jours au réfrigérateur. Par ailleurs, si vous utilisez un pot, il ne faut pas y mettre en contact votre brosse à dents afin d’éviter les contaminations bactériennes.
dentifrice - sans fluor
Cependant, si vous préférez fabriquer votre propre dentifrice, nous vous communiquons maintenant les principes de base pour élaborer votre propre recette. Le dentifrice doit être composé d’au moins deux agents actifs pour être performant:

– un abrasif:

L’argile, le carbonate de calcium et la silice sont vraisemblablement les meilleurs abrasifs naturels, ils complètent bien l’action mécanique du brossage. Ils participent en effet à l’élimination de la plaque dentaire bactérienne et suppriment ainsi d’éventuelles taches.

L’argile a par ailleurs des propriétés antiseptiques. Ses charges électriques lui permettent de fixer les bactéries et les toxines. Vous trouverez deux types d’argiles très fines (ultra ventilées): la blanche et la verte. Cette dernière est un peu plus abrasive que l’argile blanche.

Cependant, pour éviter un polissage trop fort de l’émail et préserver la dentine de la dent, nous conseillons de limiter l’utilisation de l’argile à une ou deux journées par semaine. Un abrasif plus doux comme le carbonate de calcium est recommandé le reste de la semaine.

– un antibactérien:

L’antibactérien remplit deux rôles: celui de combattre les bactéries du tartre et celui d’augmenter la durée de conservation du dentifrice. Il nous semble préférable de privilégier un antibactérien végétal naturel inoffensif pour votre santé que vous pourrez alterner afin d’optimiser l’action sur un plus grand spectre bactérien.
Les choix sont multiples, notamment la poudre de cannelle, la poudre de clou de girofle, … Certaines huiles essentielles sont également intéressantes au niveau antiseptique telles que celles de l’arbre à thé, de myrrhe, d’échinacée, de sauge,… Enfin la propolis possède également de bonnes propriétés antiseptiques, notez néanmoins qu’elle n’est pas vegan.

De nombreuses variantes de formulation sont donc possibles. En terme de dosage, voici une recette très simple:

– carbonate de calcium: 50 grammes
– poudre de cannelle (cinnamom verum): 5 grammes
– eau: à rajouter progressivement en mélangeant jusqu’à la texture désirée de la pâte dentifrice.

En cas d’utilisation d’huiles essentielles, vous pourrez ajouter 2 gouttes par 50 grammes de carbonate de calcium. Les huiles essentielles sont des actifs puissants, nous déconseillons en effet les dosages supérieurs. D’une façon générale, les huiles essentielles doivent être évitées pour les enfants de moins de 12 ans ainsi que pour les femmes enceintes.

2. Au delà du dentifrice, le brossage!

dentifrice - brosse
Le brossage joue bien sûr un rôle majeur au niveau de l’hygiène bucco-dentaire. En théorie, l’idéal serait de se brosser les dents après chaque repas. Néanmoins, en pratique, deux brossages d’une minute par jour procurent des résultats satisfaisants aussi bien pour les dents que pour les gencives. Privilégier un brossage le matin après le petit déjeuner et un autre le soir après le dîner. De plus, si vous mangez des produits sucrés entre les repas, ayez le réflexe de boire de l’eau pour le rinçage de la bouche. Vous réduirez ainsi le risque des caries.

Par ailleurs, la pression mécanique exercée ne doit pas être trop forte pour ne pas fragiliser les gencives, une brosse souple est suffisante. En effet, on brosse les dents mais attention, on ne brosse pas les gencives, on les masse!

Enfin, en complément, vous pouvez utiliser également des brossettes interdentaires et/ou des fils dentaires. Ils permettent en effet de nettoyer de façon efficace les espaces entre deux dents et de retirer ainsi les dépôts organiques inaccessibles avec la brosse à dent.
dentifrice - brossette dentaire
dentifrice - fil dentaire - hygiène bucco-dentaire

Vous pouvez partager cet article avec vos proches:
Laisser un commentaire

Sources :

The Effects of Triclosan on Puberty and Thyroid Hormones in Male Wistar Rats », Toxicological Sciences, L. M. Zorrilla, E. K. Gibson, S. C. Jeffay, K. M. Crofton, W. R. Setzer, R. L. Cooper et T. E. Stoker, 2008.

Final Report on the Safety Assessment of Sodium Lauryl Sulfate and Ammonium Lauryl Sulfate. Journal of the American College of Toxicology. 1983.

In vitro evidence of dysregulation of blood-brain barrier function after acute and repeated/long-term exposure to TiO(2) nanoparticles, E.Brun, , Biomaterials,‎ 2012.

The Effect of Fluoride on the Physiology of the Pineal Gland, J.A. Luke, University of Surrey, 1997.

UFSBD – Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire.

ADF – Association Dentaire Française.

Abonnez-vous pour recevoir gratuitement nos prochains articles.

Votre adresse email ne sera jamais communiquée à des tiers et vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Publié par
Bio transition

Passionné par la nature, des études en biologie, un diplôme d’ingénieur et une quinzaine d'années d'expériences professionnelles en France et à l’étranger.

11 réflexions au sujet de « Dentifrice bio naturel, comment choisir le meilleur? »
  1. Super votre article!! Je n’achèterai plus de dentifrice au supermarché. Je suis tenté par le fait maison mais comme je n’ai pas trop le temps, je vais plutôt m’orienter vers le dentifrice bio sans fluor. Merci.

  2. Merci de ces informations ! J’aime ce que vous avez dit sur le brossage. C’est vrai que le brossage joue un role majeur au niveau de l’hygiène bucco-dentaire. Est-ce que c’est vraiment nécessaire de se brosser les dents 3 fois par jour ? J’ai entendu dire que 2 fois par jour suffit.

  3. Excellent article about the toothpaste. Now I search the the green ribon on the tootpaste tube to make sure that I always use a toothpaste free of harmful chemicals.

  4. Je suis content que j’aie trouve cet article sur le dentifrice bio naturel ! C’est important à savoir ce qui se trouve dans les dentifrices. J’ai des enfants alors je veux limiter leur exposition aux composants chimiques toxiques l’autant que possible. Je pense que le dentifrice certifie bio sans fluor sera le meilleur soin dentaire pour mes enfants.
    http://www.centredentaireanjou.ca/

  5. Bonjour,
    Tout d’abord merci pour cette excellent article! Je voulais simplement avertir les lecteurs que le dioxyde de titane s’appelle aussi CI 77891 et qu’il y en a presque partout (crème solaire, alimentation, médicament et bien sur dentifrice).

  6. Bonjour,
    Atteinte de la maladie syndrôme de Gougerot, sur recommandation j’utilise un dentifrice hyper fluoré.J’utilisais auparavant un dentifrice à l’argile verte ou ayurvédique.Après lecture de cet article je ne sais plus quoi utilisé…Merci de m’aider dans mon choix.

  7. Depuis 3 jour je suis passé au dentifrice bio. Par contre pour ma fille va falloir en acheter au goût fraise .
    Sa fait peur quand on lit tous ces composants chimique qui je vous le dis sont ka cause des caries car ils fragilisent les dents.

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sous système Android, il est parfois nécessaire d'appuyer une seconde fois pour valider.