Régime dissocié et combinaison alimentaire

Publié le 3 Comments
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (17 votes, moyenne: 4,53 sur 5)
association alimentaire

L’association alimentaire, fondement du régime dissocié, est un principe important de la nutrition naturelle. La combinaison des aliments joue en effet un rôle clé au niveau de la digestion et absorption des nutriments.

Une digestion ralentie et/ou perturbée peut entraîner des fermentations voir même des putréfactions. Par ailleurs, différents troubles peuvent apparaître: ballonnements, acidités, constipations, fatigues, flatulences, …

Une bon régime dissocié permet une meilleure digestion des aliments et réduit les risques de carence en garantissant l’assimilation efficace des nutriments.

L’autre point essentiel réside au niveau énergétique. En effet, nous dépensons en moyenne environ 10 à 15 % de notre énergie quotidienne pour l’acte alimentaire. Une bonne combinaison des aliments permet de maintenir notre dynamisme en nous mettant à l’abris de dépenses énergétiques excessives.

C’est dans ce contexte que certains docteurs et naturopathes, tels que Howard Hay et Herbert Shelton recommandaient le régime dissocié dès la première partie du siècle dernier. Il s’agit d’un régime encore d’actualité dans lequel protéines et glucides ne sont pas consommés ensemble. Ce type de régime appliqué à la lettre semble très restrictif. Cependant, pour mieux comprendre, voyons ensemble dans un premier temps quelques principes avant de vous présenter nos conseils au niveau de l’association alimentaire.

La digestion dépend de la composition des aliments!

Le temps de digestion

Les fruits et les légumes sont digérés très rapidement. En effet, ils sont très riches en eau. Les fruits acides et les légumes mettent environ entre 30 et 60 minutes pour sortir de l’estomac et rentrer dans la première partie de l’intestin, le duodénum. Les fruits sucrés non-acides ont toutefois des digestions plus longues.

Les céréales riches en glucides complexes (riz, sarrasin, quinoa, maïs, …) et les légumineuses riches en protéines (lentilles, pois cassés, haricots blancs ou rouges, …) ont une digestion un peu plus lente, soit environ une heure et demie.

Les graines (amandes, noisettes, noix, …) ont un temps de digestion entre 2 et 3 heures. Ceci étant notamment lié à leurs teneurs riches en lipides.

Enfin, les protéines animales sont digérées plus difficilement. Il faut en effet compter plus de 3 heures pour certaines d’entres elles.

Le lieu de digestion

Les glucides complexes, c’est à dire les féculents et céréales, subissent une première transformation chimique au niveau de la bouche sous l’action de la salive.

Les protéines subissent quant à elles leur première transformation chimique dans l’estomac, notamment par l’action de l’acide chlorhydrique et des enzymes.

Le degré d’acidité

Les glucides complexes sont transformés en milieu alcalin.
Les protéines sont quant à elles transformées en milieu acide.

Les enzymes

Les enzymes sont des molécules qui permettent de décomposer les aliments en composés plus petits de façons à ce qu’ils soient assimilables dans le sang. Ces enzymes dépendent en fait de la composition de l’aliment.

– Les glucides complexes du type amidon contenus dans les céréales sont par exemple réduits en maltose sous l’effet de la ptyaline, l’enzyme contenue dans la salive. Le maltose est ensuite réduit en glucose au niveau de l’intestin par la maltase, une autre enzyme produite par le pancréas. Une fois réduit en glucose, il peut être alors assimilé dans le sang.

– Les protéines sont réduites en acides aminés au niveau de l’estomac par l’action de la pepsine, enzyme contenue dans un suc gastrique.

– Les matières grasses des aliments sont réduites en acides gras au niveau de l’intestin grêle sous l’effet de la lipase, enzyme produite par le pancréas.

Bref, la digestion est soumise à des mécanismes très précis. Il est donc important d’éviter quelques incompatibilités pour ne pas perturber le bon fonctionnement du processus digestif.
association alimentaire - digestion - ballonnement

L’association alimentaire et nos 5 conseils :

Eviter de boire pendant le repas

Les boissons diluent les sucs gastriques, les enzymes sont alors moins performantes. Il est préférable de ne plus boire ou de limiter la boisson pendant les 30 minutes qui précèdent le repas et ceci jusqu’à 2 heures après. En cas de problèmes de constipation, pour compenser l’absence de boisson, privilégier les légumes riches en eau. Bien-sûr, par ailleurs, il est primordial de bien s’hydrater entre les repas.

Attention aux protéines animales

La combinaison de protéines animales avec des céréales n’est pas idéale en terme d’association alimentaire. En effet, la digestion des protéines en milieu acide au niveau de l’estomac bloque l’action de la ptyaline, une des enzymes spécifiques de la réduction des glucides. Bref, la digestion des céréales est alors bloquée. La consommation de protéines animales grasses avec des céréales tels que le riz, le pain, les pâtes, … est déconseillée.

A l’opposé, l’effet est moindre avec les protéines végétales qui ne contiennent quasi pas de matières grasses. Vous pouvez donc consommer des légumineuses (lentilles, pois cassés, haricots grain, …) avec des céréales en respectant de préférence le ratio maximum 1/3 légumineuses et 2/3 céréales.

Eviter les aliments acides avec les céréales

Pour les mêmes raisons que celles citées sur le point précédent, éviter l’association alimentaire entre acides et céréales/féculents. Par exemple, la tomate étant acide, éviter tant que possible les combinaisons telles que riz-tomates ou pâtes-sauce tomate, …

Eviter les fruits pendant le repas

Les fruits sont digérés très rapidement dans le cadre du processus normal de digestion. En effet, après un très bref passage dans l’estomac, leurs nutriments sont assimilés directement au niveau de l’intestin. Hors, ingérés avec d’autres aliments ou consommés en tant que desserts à la fin des repas, ils se retrouvent bloqués dans l’estomac. Le temps de passage dans l’estomac peut alors passer de quelques minutes à plusieurs heures. Dans ce cas, des fermentations peuvent se produire, former de l’alcool et entraîner divers troubles digestifs. Il est donc recommandé de ne pas manger de fruits dans les 30 minutes qui précèdent les repas et cela jusqu’à 2 heures après.

Eviter de mélanger les noix et graines avec les fruits

Les noix, amandes, noisettes, … ainsi que les graines oléagineuses (tournesol, courge, …) contiennent une forte teneur en matières grasses. Ces dernières sont insaturées donc bonnes pour notre santé. Néanmoins, il est déconseillé de les mélanger aux fruits car leurs lipides ralentissent la digestion et peuvent donc favoriser également la fermentation.

association alimentaire - legumes crus

Au delà de l’association alimentaire …

Nous attirons votre attention sur trois autres recommandations qui nous semblent pertinents pour tous types de régime alimentaire :

Manger des légumes crus

Les légumes crus peuvent être associés sans risque à tous les autres aliments. Ils ont notamment l’avantage de contenir des enzymes qui favorisent la digestion en complétant les secrétions enzymatiques de notre organisme.

La mastication …

Bien mâcher est primordial pour le bon déroulement de la digestion ainsi que pour la bonne assimilation des nutriments. Au delà du processus mécanique, la première transformation chimique des aliments prend place en effet dans la bouche. Le temps de contact avec les enzymes contenues dans la salive doit donc être suffisant. Une mastication incomplète entraîne par ailleurs une sollicitation accrue du travail de l’estomac. Nous vous conseillons de prendre le temps de bien mâcher pour éviter divers troubles digestifs.
Pour vous motiver un peu plus, sachez qu’une étude de 2009 menée par l’université de l’Indiana montre que la mastication induit la sécrétion d’un neurotransmetteur qui intervient dans l’acquisition du sentiment de satiété. Il s’agit de l’histamine. Bref, plus vous mastiquer et plus rapidement vous vous sentirez rassasié. Intéressant pour celles et ceux qui prêtent attention à leur ligne …!!

Des petits repas plus souvent !

Le volume de notre estomac vide au repos est inférieure à 100 ml et augmente progressivement au cours d’un repas. La tension des parois de l’estomac sont négligeables jusqu’à un litre de volume. Néanmoins, afin d’éviter les ballonnements ainsi que les baisses d’énergie, il est préférable de réduire les portions tout en augmentant le nombre de repas dans la journée. Concrètement, à quantités journalières égales, 5 petits repas seront de loin plus bénéfiques que 3 repas avec des portions plus importantes !

Manger un peu moins !

Plusieurs études affirment au cours de ces dernières années que la réduction légère de l’apport calorique favorise une meilleure résistance face au processus de vieillissement. La plupart de ces recherches ont été réalisées sur des animaux, la mise en place de telles études étant plus compliquée pour l’être humain. Les résultats d’une étude menée sur des singes ont été publiés en 2012 par des chercheurs de l’université du Wisconsin. Les singes ayant reçus une alimentation réduite de 30% en calories montrent un risque statistiquement plus faible d’avoir atteints par le cancer, le diabète et les maladies cardiovasculaires.
Un autre exemple nous vient du Japon. Les habitants de l’île d’Okinawa, réputée pour sa forte concentration de centenaires, ont de part leur mode de vie traditionnel un régime alimentaire hypocalorique. Il est difficile d’affirmer une relation de cause à effet, mais ces exemples peuvent au moins nous amener à réfléchir sur nos habitudes alimentaires !

Voilà, vous savez tout sur la combinaison des aliments, vous pouvez dès maintenant gagner en énergie ! A bientôt !

Vous pouvez partager cet article avec vos proches:

Laisser un commentaire

Sources :

Les combinaisons alimentaires et votre santé: pour bien digérer, les menus dissociés à la portée de tous, Herbert M. Shelton, Edition 1994, Le courrier du livre.

Régime Seignalet

Caloric restriction delays disease onset and mortality in rhesus monkeys, Colman, Anderson, 2012.

Mastication of almonds: effects of lipid bioaccessibility, appetite and hormone response, Cassady, 2009.

Abonnez-vous pour recevoir gratuitement nos prochains articles.

Votre adresse email ne sera jamais communiquée à des tiers et vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Publié par
Bio transition

Passionné par la nature, des études en biologie, un diplôme d’ingénieur et une quinzaine d'années d'expériences professionnelles en France et à l’étranger.

3 réflexions au sujet de « Régime dissocié et combinaison alimentaire »
  1. L’association alimentaire est un réel sujet que nous devrions apprendre en détail dès l’école! Merci beaucoup pour tous ces informations sur les combinaisons alimentaires. A relire de temps en temps!

  2. Apprendre à bien manger devrait faire partie d’un enseignement à l’école oui. Pour revenir à l’importance des légumes crus, il faut savoir que la cuisson des légumes fait disparaître une grande quantité de vitamines (entre 50 et 70%) et de minéraux (entre 25 et 35%). Ces pertes peuvent mener à des carences, à l’apparition de certaines maladies et à un manque d’énergie, car les vitamines sont essentielles à de nombreux processus énergétiques du corps humain.
    Merci pour cet article.

    http://habitudes-saines.fr/

  3. CET ARTICLE EST TRES INTERESSANT ET INSTRUCTIF !!!!TRES RICHE EN INFORMATIONS. CECI EST D UNE GRANDE UTILITE POUR MOI. CAR JE SUIS TOUJOUR A L AFFUT DE METHODES QUI AIDENT A GARDER UN CORPS SAIN :REGIME , DETOX, ASSOCIATION ALIMENTAIRE ,…….JE SOUHAITE RECEVOIR DE VOTRE PART DES ARTICLES QUI VONT DANS CE CRENEAU. MERCI BEAUCOUP.

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sous système Android, il est parfois nécessaire d'appuyer une seconde fois pour valider.